CH147204 Chinook - Épilogue

Rapport / Le 24 janvier 2010 / Numéro de projet : CH147204 - C Category

Endroit : Aérodrome de Kandahar (Afghanistan)
Date: 2010-01-24
État : Investigation Complète

Le vol en question était une mission de nuit au cours de laquelle l’équipage s’entraînait au vol stationnaire, au transport d’une charge à l’élingue simulée ainsi qu’à l’atterrissage dans un nuage de poussière et sur un faîte. Au moment de l’événement, le mécanicien de bord principal se trouvait à droite de la porte et le mécanicien de bord subalterne se trouvait à l’arrière de la cabine, sur la rampe. Les cinq membres d’équipage portaient des lunettes de vision nocturne (NVG) et l’on procédait à un atterrissage sur un faîte. Ce dernier consiste à poser l’hélicoptère sur ses quatre roues, ou sur les deux roues arrière seulement, en terrain élevé, comme une crête ou une butte, afin de charger ou de décharger du fret ou des passagers. Cette procédure peut comprendre divers éléments des techniques de pilotage en région montagneuse ainsi que d’atterrissage dans un endroit exigu ou en pente.

Le mécanicien de bord sur la rampe a abaissé la rampe partiellement, et il s’est allongé sur celle-ci pour observer la roue arrière droite et la zone d’atterrissage prévue. Il était couché au milieu de la rampe à angle droit avec l’axe longitudinal de l’hélicoptère; sa tête se trouvait en dehors de l’hélicoptère et ses épaules, entre la rampe et la cellule. Comme les roues touchaient le sol, le mécanicien de bord de la rampe a entendu un bruit fort, a senti l’hélicoptère vibrer et, au même moment, une pression écrasant ses épaules. Il s’est évanoui. Il a été grièvement blessé. 

Lorsqu’ils ont entendu les gémissements du mécanicien de bord de la rampe, le mécanicien de bord principal et le mitrailleur de sabord ont regardé dans sa direction et constaté que le mécanicien de bord de la rampe était coincé entre la rampe et la cellule. Ils se sont rendus à l’arrière pour dégager le mécanicien de bord. Ils lui ont prodigué les premiers soins pendant que l’hélicoptère revenait à l’aérodrome de Kandahar. Le commandant adjoint de la Force canadienne d'hélicoptères (Afghanistan) [FCH (A)] les y attendait, et ce dernier a ordonné à l’équipage navigant de se rendre à l’hôpital de rôle 3 où une équipe médicale a soigné le mécanicien de bord de la rampe. L’hélicoptère est revenu à l’aérodrome où l’on a couper les moteurs et placer l’appareil en quarantaine. 

L’enquête a révélé que le mécanicien de bord de la rampe avait mis au point sa propre technique, qui consistait à s’allonger en travers de la rampe partiellement ouverte, pour observer la manœuvre et vérifier la présence d’obstacle pendant un atterrissage sur un faîte. Cette technique, adoptée en raison d’un manque d’entraînement adéquat, de l’absence de directives claires et de l’utilisation de procédures modifiées, a causé un danger non reconnu pendant les atterrissages sur un faîte. 

L’accident a mené la FCH (A) à suspendre tout entraînement comprenant des atterrissages sur faîte exécutés avec la rampe abaissée. L’Équipe d'évaluation et de normalisation de l'aviation tactique de la 1re Division aérienne du Canada a publié un supplément au document B-GA-002-147/FP-001 CH147D dans lequel sont précisées les procédures d’atterrissage sur faîte.

Les recommandations de sécurité comprennent l’élaboration de normes de qualification des mécaniciens de bord de l’hélicoptère CH147D et la modification du supplément à la publication de façon à intégrer les procédures et les avertissements concernant les atterrissages sur faîte à d’autres manœuvres nécessitant l’abaissement de la rampe. 

Date de modification :