Un pilote de l’ARC permet à de jeunes autochtones à risque de piloter un avion

Galerie d'images

Article de nouvelles / Le 2 décembre 2021

Par Emily Lindahl

En tant que pilote instructeur d’aéronef à voilure tournante à la 3e École de pilotage des Forces canadiennes (3 EPFC) de Portage la Prairie, le capitaine Joshua Cordery compte plus de 1 000 heures d’instruction et il possède les compétences correspondantes. En février 2020, sa passion pour le vol lui a permis à créer le programme Eagle’s Wings, un moyen pour les jeunes autochtones à risque d’établir une nouvelle façon d’aller de l’avant, en perfectionnant leurs compétences et en renforçant leur confiance en soi. 

La passion et l’objectif qui dominent la création du programme Eagle’s Wings consistaient à voir les jeunes se transformer alors qu’ils « se libéraient des emprises de la terre pour danser dans le ciel sur des ailes argentées ». 

Récemment, le Capt Cordery a reçu la Mention élogieuse du commandant de l’Aviation royale canadienne (ARC) pour cette initiative unique. En tant que créateur, président du conseil d’administration et instructeur du programme Eagle’s Wings, son leadership a incontestablement contribué à la réussite du programme. De passer d’une idée à la réussite du premier cours n’a pas été une mince affaire. Le Capt Cordery a fait preuve de professionnalisme et de leadership tout au long du projet, en déployant des efforts considérables pour défendre le programme et maximiser le soutien et les ressources. Il a également été reconnu pour avoir grandement amélioré les relations entre l’ARC, la 3 EPFC et les communautés autochtones locales. 

Les communautés autochtones du Manitoba ont été mobilisées, et elles ont eu la tâche d’identifier des jeunes âgés de 14 à 18 ans qui pourraient participer au premier cours, qui a eu lieu pendant l’été de 2020. La mission et la vision du programme consistent à aider les jeunes à transformer leurs perspectives et leur vie en les exposant à l’aviation et il les initie à l’aviation au moyen d’une instruction au pilotage au sol et en vol. L’instruction au sol couvre des éléments techniques et des ensembles de compétences non techniques qui sont universellement applicables dans tout métier ou toute profession (p. ex., le professionnalisme, la communication). 

Les douze heures d’instruction en vol comprenaient tous les éléments de base du vol : les décollages, les atterrissages et le maniement de l’avion. En apprenant à voler, les jeunes à risque ont éprouvé un sentiment d’accomplissement incomparable qui a renforcé leur confiance en eux et leur a fourni une preuve tangible de ce dont ils sont en mesure d’accomplir lorsqu’ils exécutent une tâche et persévèrent jusqu’à son achèvement. 

Dans ses temps libres et à ses frais, le Capt Cordery a obtenu une qualification d’instructeur de pilotage de classe 4 (civile) pour un aéronef Allegro 2000 ultraléger de type évolué. Prenant des congés spéciaux et annuels pour le faire, il a mis à profit son expérience d’instructeur de vol qualifié de l’ARC pour donner aux six élèves trois jours de cours au sol et deux semaines de cours de vol (il a effectué environ 60 % des tâches d’instruction au pilotage). Le Capt Cordery et son personnel bénévole ont coordonné le transport, les repas et le logement, ce qui n’a pas été une tâche facile pendant la pandémie de COVID-19. Les coûts opérationnels du programme ont été pris en charge par les Services à l’enfance des Dakota Ojibwa. 

Les six étudiants du premier cours ont terminé le programme avec succès, tout comme les six étudiants du deuxième cours, ce qui témoigne du dévouement du Capt Cordery à cette initiative. Les dirigeants des communautés autochtones locales sont grandement reconnaissants de ce programme et, à ce titre, ils envisagent déjà de poursuivre le programme l’année prochaine en augmentant éventuellement le nombre d’étudiants et d’instructeurs. Le succès du programme Eagle’s Wings a également été signalé à un public à l’échelle nationale grâce à une couverture médiatique de CTV News et de Skies Magazine.

Même si la poursuite de l’instruction en aviation est un résultat excitant pour les étudiants potentiels, il ne s’agissait pas de l’objectif principal. Au moins trois des étudiants ont exprimé le désir de continuer à travailler dans l’industrie aéronautique sous une forme ou une autre.

Rester à jour

Date de modification :