Stuart Murray, colonel honoraire de la 17e Escadre, reçoit l’Ordre du Manitoba

Galerie d'images

Article de nouvelles / Le 11 septembre 2020

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Par Gloria Kelly

C’est le dévouement de toute une vie à la fonction publique qui a valu à Stuart Murray, colonel honoraire de la 17e Escadre Winnipeg, l’Ordre du Manitoba.

« Mon père m’a toujours dit que la vie est remplie de surprises et qu’on ne sait jamais ce qu’elle nous réserve. Eh bien, il s’agit certainement là d’une bonne surprise », a dit le colonel honoraire Murray lors d’une entrevue récente. « En fait, c’est tout un honneur et, pour être honnête, un honneur qui revient à tous les gens qui ont œuvré à mes côtés pendant de nombreuses années. »

C’est à la lieutenante-gouverneure du Manitoba, Janice Filmon, qui est également la chancelière de l’Ordre, qu’il appartient de conférer une telle distinction, qui souligne la contribution des personnes qui ont fait preuve d’excellence et ont atteint des niveaux de réussite élevés dans leur domaine, contribuant de manière exceptionnelle au bien-être social, culturel ou économique du Manitoba et de ses résidents.

La citation accompagnant la distinction se lit comme suit : « M. Murray a un curriculum vitae éclectique qui fait état de son expérience en matière de loisirs et de divertissements, d’affaires, de santé, de sports, de fonction publique, de service communautaire et de droits de la personne. En plus d’avoir été chef d’un parti politique, président du Championnat mondial de hockey junior de 1999, colonel honoraire de la 17e Escadre Winnipeg, président de la Société Voyage Manitoba et coprésident du Comité organisateur du 150e anniversaire du Manitoba, M. Murray a accédé à la fonction de premier président-directeur général du Musée canadien pour les droits de la personne en 2009, poste qu’il a occupé jusqu’à l’ouverture du musée en 2014. »

« J’ai eu un cheminement de carrière intéressant, que j’attribue aux valeurs de mes parents. Mon père était fermier, tandis que ma mère était une pharmacienne très dévouée, dit M. Murray. Mes parents m’ont appris qu’il est important d’avoir une collectivité forte. »

Le colonel honoraire Murray a appris qu’il allait recevoir la distinction en question en répondant à un appel téléphonique à son chalet, un beau dimanche matin. Au bout du fil se trouvait la lieutenante-gouverneure, qui lui demandait officiellement s’il accepterait cette distinction. « Sur le coup, j’ai pensé qu’elle me demandait de faire partie d’un comité. De fait, je ne comprenais pas ce qu’elle voulait, ni ce qu’elle me demandait, et je lui ai dit : “Pouvez-vous répéter?”. En toute honnêteté, j’étais ému, parce que je crois que tout le monde se lève le matin avec l’intention de faire de son mieux dans ce qu’il entreprend, quoi que ce soit. »

M. Murray affirme qu’aucun mot ne saurait exprimer l’enthousiasme que suscite chez lui son travail auprès de la 17e Escadre. « Sachez qu’il s’agit là d’un grand honneur pour toute personne qui a la chance d’occuper un tel poste, et c’est ce qui m’est arrivé. J’ai eu à échanger avec des hommes et des femmes formidables qui font partie des forces armées, et c’est le moment le plus enrichissant qu’il m’ait été donné de vivre. Chaque fois que je suis accompagné de tels gens, j’apprends quelque chose, quelque chose que j’attends avec impatience tout le temps. »

Le colonel honoraire Murray n’est pas une personne qui reste à ne rien faire. Il est actuellement président-directeur général de la Ville d’éducation aux droits de la personne, qui est un organisme voué au positionnement de Winnipeg à titre de ville internationale de sensibilisation aux droits de la personne. « Je m’intéresse beaucoup à la sensibilisation aux droits de la personne, affirme le colonel honoraire Murray. Dans une conversation à propos des droits de la personne, il ne s’agit pas de déterminer qui a raison et qui a tort. Il s’agit plutôt de comprendre les perspectives des autres. Même si l’on n’adhère pas aux idées d’autrui, on doit néanmoins reconnaître qu’elles existent pour éventuellement arriver à voir les choses d’un angle différent. »


 

Joignez-vous à l'ARC : Osez vous surpasser

Les officiers du contrôle aérospatial contribuent aux opérations aériennes en fournissant des services de contrôle de la circulation aérienne et en assurant le contrôle des armes aériennes. 

Ils sont chargés de la surveillance aérospatiale, de l’alerte et du contrôle des objets aéroportés dans l’espace aérien canadien. En tant que partie intégrante du système canadien de navigation aérienne, les officiers du contrôle aérospatial assurent également le contrôle des aéronefs civils et militaires dans le cadre d’opérations de combat et d’instruction partout dans le monde.

http://forces.ca/fr/carriere/officier-controle-aerospatial/

Date de modification :